CLAUDIA NOTTALE

CLAUDIA
NOTTALE

accueil_claudia3_bd

À 25 ans,
j’ai vécu une expérience d’éveil fulgurante,
spontanée et éphémère.

bandenoir

Cette expérience a totalement bouleversé ma vie et a marqué le début d’une nouvelle vie.

En un dixième de seconde j’ai comme implosé et explosé en même temps en ressentant que l’amour était en tout et partout, il était constitutif de l’espace et de toutes matières. C’était une expérience physique et cognitive.
Maslow a nommé ce type d’expérience d’éveil, d’illumination ou d’extase :

« expérience paroxystique ».

À 40 ans j’ai créé un solo de clown : J’ai mis une jupe. J’étais mue alors par la nécessitée d’exprimer et de partager une relation à l’amour sous ses différents aspects. Je me suis appuyée sur un texte transcendant qui résonnait en moi en rapport avec l’expérience paroxystique que j’avais vécue à 25 ans. La gageure était également pour moi à l’époque de créer à partir de la sensation du mouvement sensoriel. Le clown m’a permis de libérer une parole qui n’aurait pas pu s’exprimer sans masque à l’époque.

Autour de cinquante ans je mène durant 5 ans une recherche en Master 2 sur ma pratique de la méditation (l’Introspection Sensorielle selon Danis Bois). J’ai mis en relation les contenus de vécus ce cette méditation avec ceux de l’expérience paroxystique (éveil, illumination, extase…) selon Maslow. C’était l’occasion d’étudier l’expérience paroxystique sous toutes ses coutures, de quitter mes peurs, d’enrichir les connaissances sur la méditation et aussi de développer dans un récit d’expériences une réflexion en relation à un amour transcendant : « est ce que je deviens cet amour que je perçois ? ».

À présent je suis capable de parler des expériences paroxystiques sans peur et sans masque.

bandenoir